Archives mensuelles : mai 2016

Maurepas dans 15 ans : la démarche solitaire de M. Garestier

M. Garestier invite la population pour lui présenter des projets pour 2030. Pourquoi pas ? Mais la méthode est inacceptable.
Quand on se projette sur 15 ans, on associe les forces de la ville. On invite le conseil municipal à réfléchir. On ‘’associe’’. Mais ce mot ne semble pas faire partie du vocabulaire de M. Garestier qui rejette toutes nos propositions.
M. Garestier parait oublier qu’il a été élu avec une majorité relative pour 6 ans et pas pour 15 ans. Il serait donc normal qu’il inclue les autres dans la réflexion pour l’avenir. Rien de cela. Pire : à cours d’idées, il s’approprie celles des autres sans le dire. Mais il n’oublie pas de mobiliser le budget au service de sa propagande.
Il ne faudrait pas que cette monopolisation des moyens municipaux se poursuive. Et aboutisse à ce que ces projets se retrouvent dans le programme électoral de M. Garestier en 2020. Il y aurait là un nouveau détournement de fonds publics à des fins de politique personnelle et exclusive, contraire à la Loi.
Depuis deux ans qu’a fait M. Garestier ? Il a détruit. Lien social construit en 30 ans en miettes ; piscine fermée ; services publics municipaux diminués ; personnel municipal démobilisé; soutien aux associations réduit. Au profit d’une propagande excessive et d’une sécurité inefficace.
C’est déjà l’échec avec beaucoup de gaspillage. Sa majorité essaie de se rattraper dans des projets lancés à la va vite.
Maurepas mérite mieux.
Avec nous pour une ville apaisée et une politique responsable.

www.en-avant-maurepas.fr
Michel CHAPPAT – Florence BARY-SCHWARTZMANN

L’aveu : M. Garestier a fermé la piscine pour boucler le budget.

En 2015 M. Garestier a décidé la fermeture brutale de la piscine soi-disant pour cause de sécurité. Les perspectives budgétaires sur 3 ans incluaient la piscine. Nous avons proposé 500 000 € pour ouvrir l’été: refus. 3 millions d’euros pour une 1ère tranche de rénovation: refus. Une commission pour réfléchir à l’avenir: refus.
Cette année les perspectives budgétaires n’ont pas changé mais cette fermeture dégage 700 000€ que nous avons proposé de rendre aux maurepasiens en baissant les impôts jusqu’à l’ouverture d’une nouvelle piscine. Cette proposition n’a même pas été examinée. Les 700 000 € disponibles se sont évaporés dans le budget 2016. C’est bien la preuve que cette fermeture est un coup monté par M. Garestier qui est dans l’impasse pour financer sa politique dépensière.
Nous avons voté contre ce budget pour toutes ces raisons :
▪ Aucun projet de piscine. 500 0000 € d’études bidon.
▪ Perspectives d’avenir à la baisse en particulier pour les écoles.
▪ Politique du personnel catastrophique : la baisse des effectifs semble une fin en soi. Les efforts demandés sont inégaux et faits pour démotiver.
▪ Propagande personnelle excessive recourant au mensonge, aux inexactitudes, aux attaques personnelles.
▪ Politique de sécurité coûteuse et inefficace.
▪ Priorité aux dépenses de parade et de propagande au détriment de la qualité du service.
La capacité de financement chute. L’avenir financier de la commune devient risqué.
Avec nous pour une ville apaisée et une politique responsable.

www.en-avant-maurepas.fr
Michel CHAPPAT – Florence BARY-SCHWARTZMANN

Les finances de Maurepas se dégradent

Mardi 29 mars dernier, le conseil municipal a examiné le compte administratif (les comptes) de 2015 et le budget primitif pour 2016.

  1. Comptes 2015 : Malgré les réductions et les restrictions apportées aux services de la ville, malgré la fermeture de la piscine, le résultat est à peu près identique à celui de 2014 (excédent de fonctionnement de 2,27 millions d’euros).
    • Mais des recettes exceptionnelles (non renouvelables) masquent la réalité  : vente de logement (179 000 €), recettes accrues de droits de mutation (173 000 €). Ajoutons les économies dues à la fermeture de la piscine (300 000 €) début avril 2015, non  prévues au budget 2015.
    • Le résultat vrai est donc en retrait de 660 000 € environ par rapport à 2014 soit une dégradation des capacités financières de la commune de 30 % (1,61 million d’euros en 2015 pour 2,32 en 2014).
    • L’équipe de M. Garestier a hérité d’une situation financière exceptionnelle qui permettait de faire face à l’essentiel des diminutions des dotations de l’Etat avec des efforts d’accompagnement.
    • Mais cette équipe a préféré ne pas suivre les recommandations de l’adjoint aux finances en débat d’orientation budgétaire et a commencé de dilapider  »l’héritage » en deux ans.
  2. Budget 2016 :   
    1. Les dépenses de fonctionnement s’élèvent à 28,85 millions d’euros contre 29,83 en 2015 (soit une diminution de 3,3 %). Les recettes réelles de fonctionnement s’établissent à 29,58 millions d’euros contre 30,45 en 2014 (soit une baisse de 2,8 %). Les excédents des exercices précédents donnent un peu de souffle pour investir.
      • Nous précisons que ce budget absorbe totalement les moindres dépenses de la piscine soit 700 000 €. Or, ces moindres dépenses n’avaient pas été mentionnées dans les orientations budgétaires pour 2015 (en février 2015). Les restrictions de services avaient été justifiées (hors piscine) par les nécessités entraînées par la baisse des dotations de l’Etat. Entre 2015 et 2016, les baisses annoncées se poursuivent sans modification. Par contre le budget de Maurepas  »bénéficie » de la fermeture de la piscine (700 000 €) soi-disant non prévue initialement.
      • C’est pour cette raison que nous avons demandé de rendre cette somme (700 000 €) aux maurepasiens . Notre proposition de baisse des impôts n’a même pas été examinée ni mentionnée dans la présentation du budget. Il n’y aura pas de baisse d’impôts.
      • Première conclusion : M. Garestier nous a trompés en 2015 en prétendant fermer la piscine pour des raisons de sécurité. C’est parce que la situation financière ne lui permettait pas ses dépenses excessives (politique de sécurité inefficace et propagande débordante) et parce qu’il se trouvait dans une impasse financière qu’il a fermé la piscine. La preuve en est faite aujourd’hui.
    2. Pour ce qui concerne l’investissement, les dépenses s’élèvent à 5,18 millions d’euros contre  4 en 2015. Nous avons exprimé notre satisfaction que des montants raisonnables soient présentés plutôt que les sommes délirantes que M. Garestier se complaisait à avancer (par exemple 6 millions de réhabilitation pour chaque école, hors de portée de la commune pour tous les groupes scolaires). Nous observons toutefois que seulement 3,3 M€ ont été réalisés en 2015 pour 4,58 votés. On peut se demander le sort qui sera réservé aux 6,44 M € votés en 2016 avec les reports.
    3. Notre avis : Malgré notre approbation pour l’effort accordé à l’école de la Marnière et le réaménagement de squares, nous avons estimé que ce programme n’était pas à la hauteur des enjeux de demain et n’était conforme ni aux engagements de M. Garestier ni aux orientations budgétaires présentées un mois plus tôt. Rappelons que notre proposition de créer une commission transversale pour examiner les perspectives d’une nouvelle  piscine a été repoussée (comme toutes nos propositions). Aujourd’hui, pour faire bonne  figure, M. Garestier  »meuble » le budget d’une somme de 500 000 € sans précision. C’est insuffisant. Nous n’avons pas pu approuver cette étude alibi de 500 000 € pour la piscine.
    4. Nos votes : nous rejetons ce budget 2016 et ces comptes de 2015 
      • Nous n’avons pas approuvé les comptes pour 2015 qui masquent une détérioration forte des capacités financières réelles de la commune
      • Nous n’avons pas approuvé les taux d’impôts qui n’incluent pas notre proposition de les baisser pour compenser les économies réalisées avec la fermeture de la piscine.
      • Nous avons voté contre le budget d’investissement qui ne prépare pas l’avenir (et ne propose rien de sérieux pour une nouvelle piscine).
      • Nous avons voté contre le budget de fonctionnement avec les arguments suivants :
        1. Contre une politique du personnel dont l’unique objectif est la baisse des effectifs à tout prix, comme une fin en soi. Ce qui crée une ambiance inappropriée à l’effort collectif. Les agents viennent travailler avec la peur au ventre, ne sachant pas où ils seront mutés une semaine plus tard. Nous déplorons les conflits et différends en cours, preuve d’un manque de considération généralisé.
        2. Contre une politique de sécurité onéreuse mais parfaitement inefficace (le taux de délinquance a monté à Maurepas) conçue uniquement pour l’apparence et les photos.
        3. Contre une politique de propagande qui tourne au culte de la personnalité : il n’y en a que pour M. Garestier. Rien n’est laissé aux autres. Les élus d’opposition ont même été éliminés des photos de cérémonies pour faire croire à leur absence : des méthodes abjectes.
        4. Contre une répartition trop inégale des efforts en particulier à l’égard des associations (nous regrettons aussi les coupes sombres de crédits début 2016 dans les écoles, privées de produits sanitaires..).
        5. Ce budget détériore les capacités financières de la commune et ne prépare pas l’avenir.
Michel CHAPPAT pour  »En Avant Maurepas »
08 mai 2016 (en vous priant d’excuser le retard apporté à ce compte rendu pour cause d’évènement familial)